COMPTE RENDU DU DEUXIÈME CONSEIL DES MINISTRES DES JEUNES LEADERS DU MPS

COMPTE RENDU DU DEUXIÈME CONSEIL DES MINISTRES DES JEUNES LEADERS DU MPS

Le deuxième conseil des ministres (sous-secrétariat à la formation politique) des jeunes Leaders du MPS s’est tenu à Ouagadougou, au siège du Parti, aujourd’hui, dimanche 18 août 2019, de 16H30 à 19H00, avec la participation de vingt-six (26) jeunes, hommes et femmes, résolument engagés.

Pour des raisons beaucoup plus indépendantes et contrairement aux thématiques annoncées, le conseil a porté sur une (01) autre problématique de la nation et a concerné un (01) ministère : le Sous-Secrétariat au secteur primaire national  avec M. Hubert OUEDRAOGO, le Sous-Secrétaire et sous la thématique : Agriculture et autosuffisance alimentaire : comment consolider mauvaise pluviométrie et nouvelles techniques agricoles ?

Pour M. OUEDRAOGO, dans un contexte où 85% des populations sont agricoles (MHRH, 2011) et où plus de 939 000 personnes souffrent d’insécurité alimentaire, il n’y a rien de plus normal que d’interroger cette équivoque. Au nombre des problèmes, M. OUEDRAOGO évoque d’une part la mauvaise pluviométrie et d’autre part, surtout, l’absence de choix (volonté) politique et donc l’absence presque totale d’une véritable politique agricole visant l’autosuffisance alimentaire.

Il insiste toutefois que le véritable problème n’est pas l’insuffisance des pluies car les pays comme l’Israël et le Japon ne bénéficient pas des conditions pluviométriques favorables par rapport au Burkina Faso mais sont auto-suffisants sur le plan alimentaire. C’est pourquoi, avec une ferme volonté politique comme ce fut le cas de la révolution, rien ne devrait empêcher les Burkinabé d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Pour lui, si les dirigeants à travers des bonnes politiques agricoles renouent avec :

-des semences améliorées (tout en maitrisant l’itinéraire technique de la production de ces variétés de semences améliorées) ;

-un réaménagement des bas-fonds et d’un développement de la production de contre-saison ;

-des techniques agricoles de lutte contre la dégradation des terres cultivables et la récupération des terres dégradées (par des procédés biologiques, mécaniques…) ;

-des négociations internationales sur les normes qui sous-tendant la construction des barrages structurants (pouvant faire face aux risques d’évaporations…) avec notamment le Ghana comme l’a fait SANKARA ;

-des champs d’intérêt publics (par ministère, par corps social…) et pourquoi pas au lieu d’entasser les prisonnier dans les maisons d’arrêt et de correction sans places et sans conditions minimales de détention, ne pas les faire travailler dans ces champs d’utilité communautaire ;

-un bon climat des affaires pour accroitre l’attractivité du secteur agricole en luttant contre la corruption et la fraude.

–etc.

Alors, absolument rien ne peut empêcher les burkinabé de manger à leur faim. Il a fort espoir, que le MPS est en bonne voie pour relever ce défi qui est non seulement partie intégrante de notre souveraineté nationale mais aussi et surtout de l’épanouissement des générations présentes et celles avenirs.

Tout en interrogeant la responsabilité individuelle de chaque militant, le conseil estime unanimement que l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et par ricochet notre développement, le Burkina Faso, est possible comme l’a déjà déclaré SEM Yacouba Isaac ZIDA, Président d’Honneur du MPS, aux pages 226-227 de son ‘’livre je sais qui je suis’’ : « (…) Oui, il est bel et bien possible de faire émerger le Burkina Faso du lot des pays pauvres, voire misérables, et d’offrir à chaque citoyen les conditions d’une existence heureuse à laquelle il aspire (…). Oui, il est possible (…) et c’est une réalité qui doit voir le jour avec l’engagement de toutes les filles et tous les fils du Burkina derrière un leadership révolutionnaire, éclairé et participatif».

Le rapport intégral vous sera envoyé très prochainement et le prochain conseil est prévu le dimanche 25 août 2019 à partir de 16H00 au siège du MPS. Cependant, tous les ministres qui seront à leur deuxième absence non justifiés seront immédiatement révoqués et remplacés.

Bâtir ensemble un Burkina Meilleur !

Premier Sous-secrétaire

   T. Roger SAWADOGO

Comments: 2

Laisser un commentaire