COMPTE RENDU DU TROISIEME CONSEIL DES MINISTRES DES JEUNES LEADERS DU MPS

COMPTE RENDU DU TROISIEME CONSEIL DES MINISTRES DES JEUNES LEADERS DU MPS

Le troisième conseil des ministres (sous-secrétariat à la formation politique) des jeunes Leaders du MPS s’est tenu à Ouagadougou, au siège du Parti, aujourd’hui, dimanche 25 août 2019, de 16H10 à 19H10, avec la participation de seize (16) jeunes, hommes et femmes, convaincus et engagés.

Pour des raisons plus particulières sur lesquelles nous allons revenir, le conseil a porté sur une (01) seule problématique de la nation et a concerné un (01) ministère : le sous-Secrétariat à la santé et à la solidarité humaine avec Mme Zoenabo DAO autour de la thématique : Politique d’insertion des enfants de la rue : enjeux et Etats des lieux.

Pour la sous-secrétaire DAO, notre Parti, le MPS réaffirme qu’un Burkina Meilleur est possible mais avec tous les Burkinabé sans exclusion. Etant militante consciente de cela, nous ne pouvons que saluer cette initiative du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, débutée le vendredi 10 août 2018, dont le but est de retirer des enfants et des femmes en situation de rue.

Et comme le consacre le manifeste du parti aux pages 42-43, « Les Burkinabè sont liés entre eux par un contrat social qu’ils doivent incessamment renouveler, et qu’ils peuvent soumettre à une renégociation permanente. En vertu de ce lien naturel de solidarité, chaque Burkinabè devrait avoir un sentiment d’obligation, un sentiment de dette vis-à-vis de ses frères et sœurs burkinabè et leur porter assistance en cas de besoin.».

C’est dans cette même logique que le Président du Parti, le Pr. Augustin LOADA affirmait dans son discours de lancement du Parti le 27 juillet 2019, à la page 9, que : « La solidarité étant l’une de ses valeurs cardinales, le MPS encourage ses dirigeants, militants et sympathisants à manifester de manière concrète cette solidarité en portant assistance ou secours aux plus faibles, aux plus vulnérables, sans toutefois sonner la trompette devant eux en mobilisant les médias et caméras, comme le font certains. » Fort de ces enseignements la sous-secrétaire, Mme DAO, réaffirme la nécessité d’une telle solidarité d’autant plus que la sonnette d’alarme avait été tirée en 1990 par le plan mondial UNESCO.

Toutefois, Mme DAO estime que cette opération du Ministère n’a pas attaqué les problèmes de ce fléau à sa source afin de pouvoir situer les responsabilités qui sont d’ordre parentales et Etatiques et sanctionné les irresponsables. Et c’est pourquoi elle s’inquiète que si, à terme, cette opération du ministère permette de résoudre le problème des enfants déjà dans la rue, elle demeure inefficace pour éviter que dans l’avenir d’autres ne s’y retrouvent, dans la rue.

Egalement, elle estime qu’une telle opération devrait non seulement être traduit en Programme, pour, non seulement, avoir l’accompagnement de la représentation nationale, l’Assemblée Nationale mais aussi et surtout impliquer tous les acteurs politiques et de la société comme le Ministère de l’éducation nationale, le Ministère des droits humains, le Ministère de la justice, du Ministère de l’emploi, le Ministère de l’économie et des finances, le Ministère de la culture, les ONG et les institutions œuvrant dans le domaine. Lancé sous forme d’opération, ce « Plan Marshall » dont-on parle, du nom de la ministre, ne peut que monter voire fabriquer des solutions conjoncturelles à des problèmes structurelles quant on sait que cette affaire des enfants dans la rue a non seulement une dimension religieuse, culturelle, économique, politique…

En 2016, un recensement a permis de dénombrer 9 313 enfants et jeunes en situation de rue et à la date d’août 2019, ce n’est que 214 femmes et 333 enfants qui ont été retiré de la rue par l’opération et sur les 214 femmes, seulement 67 ont bénéficié d’un accompagnement à ce jour.

C’est pourquoi elle estime que tous les acteurs de la société devraient s’asseoir autour d’une même table et formuler le programme qui sied. Toutefois, elle estime que le ministère devrait travailler à opérationnaliser les bureaux de l’action sociale sur le territoire national car ce fléau n’est pas seulement un fait dans les grandes villes. Suivant les différentes appellations dans la littérature : enfants dans la rue, enfants de la rue, et enfants à la rue sans oublier que nos sociétés connaissent de plus en plus des « adultes dans la rue », les contours de cette opération restent flous et ressemble simplement à une opération à des visées électoralistes.

Le prochain conseil est prévu le dimanche 08 septembre 2019 à partir de 16H00 au siège du MPS avec un nouveau gouvernement qui vous sera bientôt présenté. En définitif, le Conseil a décidé de tenir les conseils désormais chaque deux (02) semaines pour permettre aux militants de suivre le Programme de Formation étalé par la DIRECTION du Parti, le MPS.

Bâtir ensemble un Burkina Meilleur !

Premier Sous-secrétaire

 T. Roger SAWADOGO

Comments: 2

Laisser un commentaire