COVID-19 : le MPS félicite ses militants et sympathisants pour leurs contributions, pour la signature de sa pétition et interpelle les Gouvernants

COVID-19 : le MPS félicite ses militants et sympathisants pour leurs contributions, pour la signature de sa pétition et interpelle les Gouvernants

Le 28 mars 2020, le Mouvement Patriotique pour le Salut (#MPS) lançait un appel à une mobilisation de ses militants et sympathisants pour contribuer aux efforts de lutte contre le #Covid-19. Cet appel a été entendu par plusieurs de ses militants et a permis de collecter la somme de trois millions de francs CFA. Celle-ci a permis d’offrir à une dizaine de structures, dont six Centres de santé et de promotion sociale (CSPS) des quartiers périphériques de Ouagadougou et quatre maisons d’arrêt et de correction, divers lots de matériels composés destinés à limiter la propagation du Covid-19. Ces dons viennent en complément de la campagne de sensibilisation du parti sur la nécessité de respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale pour se protéger de la maladie.

Toutes ces initiatives sont sous-tendues par la vision du MPS de la politique, à savoir que celle-ci doit être « un moyen pour réaliser ensemble le bien de la cité, de la nation, de l’humanité, un moyen d’exprimer notre solidarité envers les plus pauvres et les personnes les plus vulnérables ; ceux qui ont le plus besoin de l’intervention de l’État. Travailler pour le bien commun, c’est-à-dire pour le bien de tous et de chacun, requiert de ne pas laisser ces catégories sociales en marge. C’est une question de justice sociale » (Manifeste du MPS).

Pour la concrétisation de cette valeur cardinale qu’est la solidarité, le MPS considère l’exemplarité des dirigeants comme un moyen efficace. C’est dans ce sens qu’il a lancé le 12 avril dernier, une pétition pour que les salaires du mois de mai 2020 des dirigeants de l’Etat, ceux qui tiennent leurs positions moins par leurs mérites personnels que par la politique, soient retenus comme contributions financières afin de soutenir les efforts de lutte contre le Covid-19. Le MPS félicite l’ensemble de ses militants et sympathisants pour leurs contributions financières et pour la signature de sa pétition. Il les invite à perpétuer les gestes de solidarité entre eux et autour d’eux, en particulier au profit des plus faibles, des plus vulnérables. Le MPS prend note de ce qu’à l’issue du Conseil des ministres du jeudi 16 avril 2020, les membres de l’exécutif aient décidé symboliquement de céder une partie de leurs salaires. Il exhorte cependant :

1) Les présidents d’institutions et les députés à suivre l’exemple du gouvernement,

2) Les autorités de tutelle des Directeurs Généraux de sociétés d’État et d’établissements publics et des Maires des communes à statut particulier qui bénéficient de rétributions comparables, voire plus importantes que celles des ministres à en faire de même,

3) Le Gouvernement à optimiser le recouvrement des créances de l’Etat auprès de tous ses débiteurs, lutter plus efficacement contre la corruption publique et mettre en place des mécanismes de gestion plus parcimonieuse des fonds de souveraineté afin de combler les gaps dans le financement de son plan de riposte contre le covid-19.

Si la lutte contre le Covid-19 permet aux Burkinabè de découvrir les valeurs de solidarité, elle constitue également l’occasion de demander des comptes de l’action du pouvoir en place en matière de solidarité nationale. Il est grand temps pour le Burkina Faso d’accélérer son passage de la solidarité sociale de type mécanique à la solidarité organique, celle organisée autour de l’Etat-nation. Dans ce contexte, le MPS déplore la confusion des rôles qui prévaut actuellement et l’inefficacité qui en résulte. Le manque d’initiative de la ministre chargée de la Solidarité nationale qui, par son inertie, a laissé le président de l’Assemblée nationale s’accaparer d’un dossier qui la concerne, à savoir la solidarité nationale dans le contexte de la lutte contre le covid-19. Puisque l’Assemblée nationale veut contribuer à la manifestation de la Solidarité nationale, le MPS suggère à nos honorables députés de demander compte au Gouvernement de son action en la matière et de lui rappeler que sans sécurité physique des personnes, il ne saurait y avoir de sécurité sanitaire. Ainsi :

1) Pourquoi depuis l’avènement du pouvoir actuel, le « Mois de solidarité » comme stratégie de promotion de la solidarité n’a plus été organisé depuis sa 11e édition lancée par le Premier ministre, Yacouba Isaac ZIDA le 17 décembre 2015 sous le thème « Contribution de la solidarité nationale à la résilience des communautés » ?

2) Quels sont les résultats obtenus dans l’expression de notre solidarité nationale envers les populations déplacées ?

3) Que compte faire le Gouvernement face au cri de détresse de nos compatriotes qui ploient sous le joug du terrorisme, pour briser le blocus auquel sont soumises les populations civiles de Djibo et d’ailleurs ?

4) Où en est la mise en œuvre de la loi n°060-2015/CNT du 5 septembre 2015 portant régime d’assurance maladie universelle au Burkina Faso, qui devait s’appliquer en phase pilote à deux régions du Burkina en 2020 avant de s’étendre progressivement à l’ensemble du pays ?

Voici autant de sujets qui pourraient permettre à l’Assemblée nationale de contribuer à la Solidarité nationale tout en restant dans ses missions constitutionnelles, voter la loi, consentir l’impôt et contrôler l’action du gouvernement.

Ouagadougou le 22 avril 2020

Le Porte-parole du MPS

Fousseni OUEDRAOGO

Laisser un commentaire